Thomas

« Et toi quand tu seras grand, tu voudras faire quoi comme métier?»

Vous vous souvenez peut-être de cette question que l’on a dû vous poser à maintes reprises lorsque vous étiez jeune. Que ce soit vos parents, ou bien vos professeurs. Et bien pour moi la réponse à cette question à souvent été « instituteur » je rêvais plus jeune d’apprendre aux autres, d’éduquer des enfants pour qu’ils deviennent des adultes cultiver, intelligent et surtout heureux.

Et pourtant, très vite, mon orientation scolaire s’est porté sur les sciences, et malgré l’obtention du tant précieux « bac S » j’ai abandonné le cursus scolaire pour démarrer ma vie professionnelle. Abandonnant mes rêves d’enfant, ou du moins celui de devenir instituteur. « Tu es devenu fou, tu veux faire du ménage comme moi, ou de la maçonnerie comme ton père » Cette phrase-là, aurait pu être celle de ma mère quand on connaît les difficultés que l’on peut rencontrer aujourd’hui pour trouver un job. Alors avec uniquement un bac en poche. Imaginez ce que cela peut-être. Et pourtant, elle m’a toujours fait confiance, ne s’ai jamais opposé à mes choix et mon premier salaire en tant que vendeur en téléphonie dépassait la barre des 2000,00€. Outre l’aspect financier, les expériences que j’ai vécues dans ce boulot m’ont permis d’être confronté à l’humain, et pas toujours sous son plus beau visage. Ainsi, comme il faut le faire dans chaque situation, j’en ai tiré uniquement le positif, ce qui m’a permis d’engendrer de l’expérience dans la gestion des conflits et de perfectionner mes connaissances sur l’entreprise, pour créer à 24 ans ma première société.

« Qu’est-ce qui te motive dans la vie ? Qu’est ce qui fait que tu paierais pour aller travailler le matin ? »

A ces questions la réponse n’était certainement pas ce que je faisais au quotidien dans ma société. J’ai donc cherché quelque chose qui pouvait m’animer. Une vie au bureau avec des transactions à plusieurs milliers d’euros comme dans les films et surtout ce dont une majorité des parents rêvent pour leur enfant. Et encore une fois, « la chance » s’est jetée sur moi, un poste de conseiller en immobilier m’a été proposé, sans même que j’ai à rédiger le moindre CV, et sans la moindre expérience. À ce moment-là, je parle de « chance » car les personnes qui m’entourent utilisent ce mot lorsque je leur parle de mon parcours professionnel. « Et si on provoqué la chance ensemble ? » Aujourd’hui, j’ai vendu ma société et je viens de négocier une rupture conventionnelle dans mon job d’agent immobilier (Je quitte le confort du salariat et de sa paye chaque fin de mois. Je sors de ma zone de confort) .

Vous vous dites qu’à-coup sur, je fais cela pour encore progresser et augmenter le chiffre sur mon compte en banque. Et bien, j’ai une surprise, ce n’est pas le cas. Ce qui m’anime, l’activité pour laquelle je ne compte pas mon temps, c’est d’apporter mon aide à mon prochain.

C’est de conseiller, d’orienter et bien évidemment le projet EAT LIFE me parle, car nous allons pouvoir ensemble, essayer de trouver des solutions à votre situation, que ce soit dans vos recherches d’emplois, ou bien à votre mal-être au boulot, votre réorientation professionnelle et votre place dans la société.

« Et tes diplômes, ils sont où ? »

Je ne prétends pas être la personne la mieux placée pour vous sortir d’une situation professionnelle qui ne vous convient plus, mais les organismes qui prétendent le faire, y arrivent-ils toujours ? Moi, mon vécu, ma passion pour le développement personnel, mon expérience professionnelle, mon réseau, et « ma chance » nous mettrons tout en œuvre pour vous apporter ne serait-ce qu’un semblant d’aide, sachez que bien souvent, il suffit uniquement d’un peu de motivation et la magie opère. Et quand la motivation se transforme en détermination, le facteur « chance » commence à faire son apparition.

« Et tes rêves d’enfant dans tout ça ? »

Et si enfin, je pouvais grâce à mon parcours, commencer à enseigner des méthodes, à conseiller, à vous orienter, n’aurais-je pas retrouvé une part des activités dont je rêvais de pratiquer ? La clé est là, il ne faut se fixer aucune barrière.

« Créez une vie à l’intérieur de laquelle vous vous sentez bien. Pas une vie qui vous paraît bien de l’extérieur. »

Mon expérience :

Création d’un e-commerce coque-en-ligne.com  Auto-entrepreneur
Création de DocMobile (3 points de vente et SAV en téléphonie Mobile) Statuts SARL et SAS 
Relations étroites avec des pépinières d’entreprises.
Vice président d’une association de commerçants de CARPENTRAS
Agent commercial en immobilier Auto-entrepreneur
Membre actif du comité des fêtes du Barroux Vice président de l’association « Les Barroux d’heurts » visant à dynamiser le village du Barroux
Trésorier de l’association « Dynamik Event » cercle privé d’entrepreneur et autres personnes dynamiques qui se réunissent pour promouvoir leur entreprises autour de divers événements.
Trésorier de l’association EAT LIFE et membre actif.